Actualité

La Fraîche Touch à la Technoparade

 

Retour en images sur la plus grande manifestation électro de France. Comme l’an dernier, la Sacem était présente à la Technoparade samedi 28 septembre 2019 avec un char à la programmation 100% féminine.

 

La Sacem a créé la Fraîche Touch à la Technoparade

7 Dj françaises et internationales, toutes membres de la Sacem, se sont succédées derrière les platines et ont offert une programmation exceptionnelle. Les créatrices de musiques électroniques ont été ainsi représentées dans toute leur diversité.

 

Char Sacem 2019 @David Bosquet
Char Sacem © David Bosquet

 

Grace Kim, Jeny Preston, Benji de la House, Oriska, Mila Dietrich, Awen et Louisahhh ont assuré un line-up 100% féminin et international. 

Pour donner vie à ce projet, la Sacem a fait appel à une des grandes figures du street art, l’artiste Kashink pour la conception des bâches de son char.

À l’occasion de la Technoparade, elle a offert une performance de live painting à l’arrière du char où dansaient des milliers de jeunes et de moins jeunes arborant fièrement les autocollants Sacem.

Ce fut d’abord et avant tout une fête et une belle célébration de la Musique.

La Sacem a ainsi réaffirmé une nouvelle fois son engagement envers les acteurs du secteur des musiques électroniques.

 

Un soutien à l'électro

Cette participation à la Technoparade s’inscrit dans la continuité des nombreuses actions qu’elle déploie en faveur de l’électro comme la création du centre de ressources et de documentation Electronic Music Factory, le déploiement d’outils d’identification automatique des titres joués dans les clubs et festivals avec DJ Monitor, et plus récemment, l’adhésion de la Sacem à l’AFEM (Association For Electronic Music).

Une nouvelle étape sera franchie avec la signature le 8 octobre de la nouvelle convention « Club Electro » et l’annonce au MaMA le 16 octobre des premiers résultats du monitoring.

 

Mila Dietrich, Grace Kim, Awen et Louisahhh © David Boschet
Mila Dietrich, Grace Kim, Awen et Louisahhh © David Boschet