Actualité

Un questionnaire pour faire valoir les revendications des clubs et musiciens

 

Le 28 août dernier, des représentants du secteur de la musique électronique obtenaient un premier rendez-vous au Ministère de la Culture pour demander des aides d'urgence. Aujourd'hui, ces professionnels rassemblés en collectif sous le nom « Sphère Electronique » veulent mieux connaître les difficultés rencontrées par les artistes, organisateurs de soirée et producteurs phonographiques. Ils ont imaginé trois questionnaires à remplir pour mieux faire valoir les droits des structures et artistes en péril.

 

x

© Disobey Art

 

Par Trax Magazine
En partenariat avec la Electronic Music Factory

 

Mieux évaluer le nombre de soirées annulées, les pertes financières de chaque structure... Et les attentes du monde de la musique électronique en cette rentrée difficile. C'est l'objectif des trois questionnaires élaborés par la Sphère Electronique, collectif qui rassemble les 170 professionnels du secteur engagés dans un dialogue avec le gouvernement depuis cet été. Après avoir été reçus par le Ministère de la Culture le 28 août dernier, et avoir participé aux Etats généraux des festivals les 2 et 3 octobre, ils demandent ensemble de nouvelles aides, et des dispositifs d'accompagnement des clubs, collectifs et festivals en difficulté.

Mais les données concrètes manquent pour évaluer l'étendue des dégâts. S'il existe des études sur l'impact de la crise sanitaire dans le monde de la culture, deuxième secteur le plus touché en France, il est difficile de connaître précisément la situation des DJs et des labels électroniques. La Sphère cherche donc des arguments chiffrés à faire valoir auprès du gouvernement. « Le choc économique causé par la crise sanitaire révèle l'extrême fragilité de l'ensemble de nos structures […] En conséquence, nous devons imaginer maintenant un plan de grande ampleur. » s'alarment les rédacteurs des questionnaires. Pour eux, cette démarche permettra « de peser pour porter vos revendications et les faire aboutir ».

 

Les questionnaires sont disponibles jusqu'à la mi octobre, en cliquant ici

 

C. Laborie

 

6 octobre 2020