Actualité

Festivals estivaux : oui, mais assis et avec des jauges maximales de 5000 participants

 

Après une réunion avec les professionnels du secteur jeudi 18 février, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot a fait ses premières annonces concernant les conditions d'organisation des festivals de l'été prochain.

 

d

© Leszekglasner

 

Par Trax Magazine
En partenariat avec la Electronic Music Factory

 

Certains festivals estivaux devraient bel et bien être maintenus malgré l'épidémie de Covid-19, mais pour quel public ? Comme l'a annoncé jeudi la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, seules les jauges limitées à 5000 spectateurs assis seront autorisées. « J'ai interrogé presque 200 organisateurs de festival. 83 % nous on dit : 'nous, ce qu'on veut, c'est s'adapter' », a déclaré Roselyne Bachelot au micro de FranceInfo ce jeudi. Les restrictions annoncées devraient selon elle « permettre de sauvegarder la qualité sanitaire des manifestations ».

 

Parmi les professionnels du secteur, les réactions sont pour l'heure mitigées. Le directeur des Francofolies de la Rochelle, Gérard Pont, lui aussi consulté par FranceInfo, dit voir « beaucoup de lumière au bout du tunnel » : « c'est une excellente nouvelle d'avoir ce point de départ, clair, précis et on va travailler en ce sens. » Mais pour Ben Barbaud, organisateur du Hellfest, « ce ne sont pas des décisions qui sont réjouissantes […] il est difficile d'imaginer 5000 hard rockers assis sur une chaise à deux mètres de distance ». Car si les festivals de jazz ou de musique classique accueillent souvent leur public dans des gradins, cette option n'est pas non plus vraiment envisageable pour des concerts de techno ou de hip-hop.

 

Des réunions seront régulièrement organisées entre les principaux acteurs du secteur pour adapter les conditions d'organisation à l'évolution de la situation épidémique. La ministre a également promis des « mesures de sauvegarde financière » pour les entreprises organisatrices. Les festivals qui devront annuler leur édition 2021 devraient recevoir des aides compensatoires, tout comme ceux qui maintiendront l'événement. Car les adaptations aux restrictions sanitaires auront forcément un coût : à cause du manque à gagner en terme de billetterie, mais aussi à cause de l'installation de gradins pour asseoir le public.


C. Laborie

 

20 février 2021