This block is broken or missing. You may be missing content or you might need to enable the original module.
News

Parité : les programmations des festivals électroniques contiennent trois fois plus de femmes qu’il y a dix ans

 

Tous les ans à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, le collectif féministe female:pressure publie un rapport sur la représentation des artistes femmes et des minorités de genre sur les scènes des festivals de musique électronique dans le monde entier. En 2020 et 2021, les line-ups ont fait un pas de plus vers la parité, même si la représentation des femmes reste très minoritaire. 

 

20 mars 2022

 

 

s

La DJ Lea Occhi © Thomas Smith - The Party Diary

 

Par Trax Magazine

En partenariat avec la Electronic Music Factory

 

C’est une photographie particulièrement parlante de l’acceptation encore tâtonnante des artistes femmes dans le monde des musiques électroniques. Le rapport FACTS 2022, disponible en ligne gratuitement, analyse les données de 159 festivals organisés en 2020 et 2021. Au sein des programmations, on compte 59 % d’artistes masculins, 27 % de femmes, 9% de performances mixtes et 1% de personnes non-binaires — les 4% restants correspondent à des artistes dont le genre n’est pas identifié. 

D’après les analyses de l’association, les événements à grande capacité ont tendance à booker davantage d’hommes, et que les événements dont l’équipe de programmation est composée de femmes sont plus enclins à s’approcher de la parité. 

Même si les hommes restent encore très largement majoritaires, la part d’artistes femmes a triplé ces dix dernières années. En 2012, elles représentaient seulement 9% des artistes programmés dans les festivals observés par le rapport annuel de female:pressure. Le combat d’associations féministes comme Keychange, Act Right et female:pressure reste nécessaire pour donner à tous les mêmes chances d’accéder aux scènes des grands festivals. Et donner à voir des modèles plus inclusifs pour les artistes de demain. 

 

Retrouvez l'ensemble de l'étude FACTS 2022 en cliquant ici.

 

C. Laborie